Prévisions 2014 sur les actions – Psychologie des investisseurs

Image de prévisualisation YouTube
Ce video est le troisième dans notre série traitant de nos prévisions pour 2014. Nous illustrons en détail les raisons pour lesquelles nous croyons que les investisseurs sont excessivement « bulls » ou positifs au sujet des actions, ce qui contribue à la surévaluation des actions en ce moment.

Ce contenu a été publié dans Blogue vidéo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Prévisions 2014 sur les actions – Psychologie des investisseurs

  1. Martin lavoie dit :

    Bonjour,

    J’ aimerais que tu expliques comment tant d’ argent entre dans l’ économie par les ménages quand les gens sont aussi endettés et que la crise n’ est pas finie et que le chômage est élevé ??

    Ça fait plusieurs années que des gens nous montre des statistiques et des graphiques de surachats, sur endettement , euphorie etc… et les marchés montent toujours sans fin.
    Je crois que tout le monde qui se donne de la visibilité en rapport à la bourse a une chance sur deux d’ avoir raison ( prédiction ou autres arguments ).

    P.S Hussman était bearish en 2010, 2011, 2012 et il a changé sont fusil d » épaule dernièrement mi 2013 non ?

    Martin

    • Ça a pris du temps de 1996 à 2000 pour realiser qu’il y avait une bulle. St de 2003 à 2008 aussi mais en 2009 les prix en bourse sont retournés aux prix de 1997.
      Aujourd’hui, je crois que nous reverrons ces prix encore une autre fois.
      Pour ce qui est de Hussman il n’a jamais été aussi agressivement negative depuis que je le lis (avant 2007) et voice son plus récent commentaire (1er paragraphe de sa lettre hebdomadaire). Comme je l’ai mentionné dans les vidéos, plusieurs graphiques que j’utilise proviennent de lui.

      Voici son texte d’introduction de la lettre du 10 février 2014:
      John P. Hussman, Ph.D.
      All rights reserved and actively enforced.
      Reprint Policy

      On the basis of a broad range of valuation measures that are tightly (nearly 90%) correlated with actual subsequent S&P 500 total returns over the following decade, we estimate that stock prices are about double the level that would generate historically adequate long-term returns. The chart below presents estimated versus actual 10-year S&P 500 total returns using a variety of methods that I’ve detailed in prior weekly comments, and including a few additional ones for good measure. We presently estimate 10-year S&P 500 nominal total returns of only about 2.7% annually over the coming decade, with negative returns on all horizons shorter than about 7 years.

  2. okavongo dit :

    Bonjour Paul, content de vous voir à nouveau 😉

    Est-ce que l’inverse « psychologique » est vrai ? Autrement dit est-ce que si l’on observe un marché extrêmement déprimé avec des investisseurs « dégoûtés » (exemple : les mines de métaux précieux), cela signifie que nous avons une forte probabilité d’être dans un creux majeur ?

    • Oui effectivement ! Par contre j’ajouterais qu’il faut que les titres soient peu chers selon une évaluation fondamentale (par exemple ratio cours-bénéfice ajusté, ou valeur actualisée des profits futurs estimés)

  3. Yvon dit :

    M.Dontigny, est-ce vrai que les indices boursiers n’incluent pas le rendements que procurent les dividendes? Et, est-ce que les bull-market procurent de la richesse qui va être injectée dans l’économie?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *