On joue encore à Kick la canne !!!

On joue encore à Kick la canne !!!

On kick la canne vers l’avant une fois de plus. Ou encore on pelte par en avant …

Sur CNN il y a quelques minutes : U.S. Republicans will propose a temporary increase in the debt ceiling to allow for wider budget negotiations.

Les représentants de la population dans le gouvernement américain, les élus, sont incapables de faire ce qu’il faut pour commencer à réduire les excès qu’ils ont encouragés et créés depuis les années 90.

Devant le risque imminent de défaut, ils décident de rehausser temporairement le niveau plafond de la dette.
La meilleure analogie pour expliquer la situation, malheureusement, est la suivante en bon Québécois : « Enouaye, passe moi de l’argent pour une p’tite shot de coke pis après j’arrête ch’te l’promets !!! »

C’est malheureux pour nous, la population, mais on a un peu ce qu’on mérite en votant toujours pour ceux qui veulent dilapider les fonds publics avec des cadeaux et des illusions de facilité et de prospérité.

Ce contenu a été publié dans Blogue écrit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

48 réponses à On joue encore à Kick la canne !!!

  1. Martin lavoie dit :

    Le s&p a monté plus de 2 % avec un petit arrangement temporaire, imaginons ce qui se passera quand il vont décider d’ augmenter le
    plafond de la dette…

    Il n’ on pas le choix en passant, non ?

  2. Albi dit :

    Effectivement, la démocratie a ses limites car les décisions des élus sont prises pour satisfaire au minimum possible la masse votante, qui a un QI équivalent à la moyenne de celui des citoyens, qui n’est pas nécessairement celui d’un ingénieur en aérospatiale, tout en essayant de conserver le maximum de votes.

    Croyez-vous encore que les gouvernement américain va prendre une décision courageuse, saine pour le long terme, en dévastant l’économie pour un temps en réduisant sa dette, appauvrissant les riches amis qui les ont aidé à se placer et en se rendant « responsable », aux yeux de la masse votante, d’une débacle financière sans précédent?

    Hahaha… bleh.

    Comme en Europe, on va attendre que les marchés se tannent et on va s’en laver les mains en mettant la faute de la crise de la dette US à venir sur les démoniaques spéculateurs. Et la masse votante va accepter d’emblée l’idée que c’est vraiment la faute aux démoniaques spéculateurs, je vous parie une canette de Pepsi!

  3. Yvon dit :

    Difficile d’être un investisseur prudent en ce moment. Il est comme trop tard pour changer de stratégie et on doit regarder les autres qui continuent de s’enrichir avec le grand sourire. Décidément je ne suis pas fait pour faire de l’argent…Ceux qui prennent des risques finissent toujours par être récompensés.

  4. Martin lavoie dit :

    « Les autres » n’ ont peut-être pas fait beaucoup d’ argent mais ils en on fait quand même…Imaginez ceux qui ont pris des positions short parce qu’ ils ont suivis les recommandations de certaines personnes depuis 2010…quelles erreurs !!

    • Effectivement. Depuis 2010, je vis ce que « les autres » ont vécu de 2007 à 2009 et de 2000 à 2002.

      Il y a plusieurs guaranties que je donne à mes clients: C’est que je me tromperai, que je n’ai pas la capacité de prévoir le future et je l’ai démontré, et que je fais de mon mieux pour investir à risque raisonnable dans le but de maximiser le rendement à long terme.

      Je ferai d’autres erreurs.

      J’ai eu au moins une petite portion des portefeuilles dans des positions « qui font de l’argent quand ça baisse » Presque à tous moments depuis 1999 àq la foundation de PDJ. Parfois il s’agissait de 1% à 3% du portefeuille et parfois, si je compte les options (puts) en y ajoutant les obligations court terme équivalente à la valeur du prix d’exercice, on a été au-dessus de 80%. Par contre, le risqué d’avoir par exemple (8% en puts et 72% en obligations de 2 ans du Québec) est beaucoup plus petit que le risqué d’avoir 80% en actions (long).

      Pour ce qui est des autres, j’aimerais bien voir le rendement TOTAL individual de tous les investisseurs au Canada depuis 1999. J’ai écrit TOTAL car les investisseurs ont tendance à vouloir oublier leurs grosses pertes et souvent … il les oublient dans leur calcul de rendement.

      Tout ceci étant dit, depuis 2010, j’ai clairement sous-estimé les actions de l’ensemble des banques centrales et encore plus la volonté des investisseurs à vouloir croire l’illusion que ces procédures de sauvetage fonctionnent.

      Une bonne façon de comparer les styles d’investissement est de les calculer du bas d’un cycle au bas du cycle suivant, ou encore du haut d’un cycle au haut du cycle suivant.

  5. Yvon dit :

    C’est plate à dire, mais il faut avouer que la stratégie prudente n’a pas données les résultats auquel on s’attendait dans le contexte d’une économie mondiale en difficultés. Les grands hommes tirent des leçons de leurs erreurs et c’est ce que vous faites dans votre réponse à M. Lavoie. Bravo!
    Maintenant, il probablement trop tard pour changer sa stratégie et devenir plus agressif avec les actions. Avez-vous augmenté vos positions short en ce moment? Dans quoi recommandez-vous d’investir présentement? Moi je reste cash, mais je trouve le temps long….

  6. Martin lavoie dit :

    Pour répondre à Yvon :

    Je suis pourtant de la même école de pensées de Paul mais aussi de Peter Schiff, Harry Dent etc. Le problème est le timing . Ce que j’ ai appris est qu’ il y aura toujours des gens contrarians en bourse , ça leur donne de l’ attention et ils ont des intérêts à se faire connaitre parce qu’ ils ont des choses à vendre : cours de trading, livres , sites internet pour attirer des clients.. C’ est sûrement un hasard…

    Je suis short depuis 2010 et j’ ajoute des positions contre le S&P 500 régulièrement , je sais que le marché descendra plus vite qu’ il a monté mais je ne sais pas quand, pour l’ instant je trouve ça long aussi .

    Sincèrement je souhaite un véritable crash !!!

    Bonne chance !

    • Martin, dans le journal (sexe sang sports comme disait Pierre Péladeau), les gens adorent le negative. Qu’est-ce qui vend plus qu’un artiste connu qui vient de faire une connerie ?

      Mais dans la section finance et économie, le negative repousse les gens. Ils ne veulent meme pas le savoir.

      Dans l’industrie de L’investissement, il y a une tonne de dictoncs comme « you gotta be a bull in this business » et c’est vrai à l’institutuionnel (caisses de retraites, banques, cie d’assurance …) et au detail (investisseur individuel).

      Alors je ne crois pas qu’il y ait des Bears qui sont Bears pour les benefices marketing de cette opinion. En fait, c’ets proche du suicide marketing d’être negative sur l’économie ou les marches, à moins d’avoir raison en dedans de six mois. David Rosenberg a déjà écrit que ses positions Bears lui avaient coûté très cher. Un économiste devenu minister a déjà perdu un emploi à cause de ses opinions (qui ont été justifies peu après).

      Lisez les commentaires hebdomadaires de John Hussman dans lesquels il explique souvent ce dont je parle ici.

      Je parle pour moi mais je suis certain que ça s’applique aux autres Bears: Je ne suis pas Bear parce que ça attire les clients. Je suis bear malgré le fait que ça ne les attire pas. Je publicise mon opinion comme n’importe quel gestionnaire et je tente d’expliquer aux gens pourquoi je pense de cette façon pour ceux qui pensent un peu comme moi fassent gérer leurs investisssements par PDJ.

      une autre difficulté d’être dans le 1% (environ) qui est Bear, et de l’avoir été Durant une période recursive de bulles spéculative-crise`dans laquelle on en est rendu à la troisième bulle, c’est que quand on se trompe, on est pas mal seul. Quand le marché tombe de 50% et qu’on est dans le camps Bull investi entre 50% et 100% en actions, on peut dire que tout le monde perd alors d’un point de de business, c’est beaucoup plus facile.

      J’ai justement fondé ma firme pour favoriser uniquement sur l’investissement et non sur le marketing. Je ne transige jamais pour des raisons marketing. Je transige évidemment en function de la tolerance au risqué exprimée par le client, mais je mets pas quelques chose dans le portefeuille parce que c’est populaire.

      Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA

  7. ced dit :

    moi aussi en europe, j’attends le marché baissier pour soit acheter des actions après un krach, soit acheter de l’immobilier après un krach, mais je ne vois rien venir.

    Je sais que le plus important, c’est le timing, mais c’est long quand même.
    Si on est dans un scénario à la japonnaise, on risque d’attendre longtemps avec une baisse continue mais lente des 2 marchés!

    • Eric Bouchard dit :

      Impossible de faire du  »timing » avec le marché!!!

       »Bien plus d’argent a été perdu par des investisseurs se préparant aux corrections, ou tentant d’anticiper des corrections,que ce qui a été perdu les corrections elle-mêmes »
      par Peter Lynch

      • Ce n’est pas une question de « tenter d’anticiper ». C’est une question de Valeur et de Risqué … et d’un choix de style d’investissement.

        De 2000 à 2009 à peu près tous les marchés boursiers étaient dans le négatif, même en rendement total (avec dividendes). Beaucoup d’argent a été perdu sur cette période de 10 ans. Le point ici est que du sommet de la plus grande surévaluation de l’histoire (2000) les rendements futurs seront encore pauvres longtemps par rapport aux moyennes historiques (10% à très long terme). À partir de 2007 aussi et je crois qu’à ârtir d’aujourd’hui aussi.

        L’important est d’avoir une approche et de la conserver si elle a des raisons économiques de fonctionner.

        Paul

  8. Chief dit :

    Bonjour Paul,

    Depuis peu je m’amuse à comparer le début des années 20 jusqu’à la fin de 1933 (pic de la crise).
    Aujourd’hui, les grande banque d’affaires (pour ne pas les nommés) utilisent les reserves du LME pour spéculer (en achetant spot et vendant à terme), ils utilisent donc le métal accumulé pour garantir celle-ci. Avec les nouvelles règle en Avril prochain du LME, ils devront se débarrasser de toutes ces réserves de métaux. Ceci fera baisser les prix comme vous n’aurez jamais vue, en plus du 10 a 15% de surprime que les utilisateur doivent payer pour avoir leur métal en temps……ceci ressemble à 1920-1929 avec le blé et les autos vous ne trouvez pas???
    Le plus drôle dans tout ceci c’est que les banques faisaient exactement les mêmes commentaires neuf ans avant le crash de wallstreet qui lanca le monde en récession en 29.
    Ils ont favorisés l’augmentation de l’endettement généralisé pour la consommation, de la spéculation boursière par des liquidités illimités, jusqu’au jour ou la limite physique à été atteinte (les spéculateurs se sont retirés et les banques ont perdues tous ces prêts douteux). En 2008 cela à fait à peu près 9 ans que l’économie à cru artificiellement. De 2008 à aujourd’hui cela fait 5 ans que la situation empire et s’étends…nous verrons bien ce qui se passera.

  9. Fanny dit :

    Vous avez cessé d’écrire… Trop occupé?! Pourtant, l’actualité nous interpelle, ne serait–ce que ce qui se passe aux USA! Que pensez-vous des « HARD ASSETS » comme l’or ou l’argent? AUX USA, on ne parle que de cela, sans compter des « BUBBLE TALKS »…. Que pensez-vous de l’or et de l’argent… Je suis très curieuse de connaître votre position là-dessus. Au plaisir, Fanny

    • Je suis très partagé entre plusieurs opinions au sujet de l’or et autres hard assets car je crois que le scenario imminent est la deflation. On verra s’ils continuent d’imprimer par la suite.

  10. Fanny dit :

    Bonjour M. Dontigny,

    Encore une fois, je voudrais savoir quelle est votre idée de ce qui va advenir de notre avenir. Serons-nous dans un mode « inflationniste » ou dans un mode « déflationniste »? Peu importe… Cela change la « done », ne croyez-vous pas? J’aimerais votre opinion là-dessus.
    Au Québec, très peu de gens, pour ne pas dire les médias conventionnels, osent dire ce qu’ils savent très haut ce qu’ils pensent très bas… Cela m’exaspère au plus haut point… Que de mensonges à la face même du monde qui, encore une fois, risque de se faire tondre… comme des moutons, soit, à peu près tous les 5 à 6 ans… Encore des records!!! WOW! C’est le temps d’acheter le DOW, LE S&P, le TSX?!?! Paroles de beaucoup de jeunes planificateurs financiers… Qu’en pensez-vous? Pouvez-vous nous donner une heure un peu plus juste?
    Merci d’oser et au plaisir!

  11. Martin lavoie dit :

    Bonjour ,

    Es-tu d’ accord avec son point .( démographie ) ?
    http://www.dentresearch.com

    • Pas lu – je sais qu’il a eu un certain success dans le passé mais je crois qu’il a dû changer plusieurs dates et quatités dans ses prévisions.
      Ce n’est pas un reproche …

      Ça apporte une perspective supplémentaire intéressante

  12. Chief dit :

    Bonne nouvelles!?!
    Ca y’est , l’atteint de résultats fait baisser le prix des actions et les ménages on ralentit l’augmentation de dettes…Ouch à ce rythme nous n’atteindrons jamais le mur puisque nous nous dirigons tout droit…puis a gauche…puis a droite…puis demi-tour…vous la comprennez?

    J’ai hate de lire le livre qu’ils feront sur les années 2000-2020…la grande desimprimation d’argent. Dites moi, Paul, une anticrise financière comme aujourd’hui ou il y a tellement d’argent gratuit. Quand le système lache on doit détruire l’argent (la bruler). Comment retablir l’équilibre. Depuis des lune vous nous expliqué le quoi! Maintenant que nous y sommes presque il serait interessant de voir le comment! Même en 1930-40 ils ont finalement prit un certains nombre de décisions qui à règlé le problème. Aujourd’hui c’est pareil mais différent. Comment retirer tout cette argent.

    Merci d’avance

    • J’ai souvent pensé à cela et j’en ai meme parlé: Une façon de retirer tout cet argent qui semble avoir été dirigé vers les marches boursiers sous forme de prêts, et vers les marches obligataires et produits derives, serait que les prix des actions, des obligations et des produits derives baissent.

      Illustration: La fed imprime 100$ qui est prêté à un hedge fund qui achète 200$ d’actions (100$ de capital et 100$ de prêt). Et alors les actions baissent de 50% et il y a une perte de 100$. Le Hedge fund revend ses actions et il ne reste que 100$. Donc le 1oo$ s’est volatilisé et possiblement on n’a plus besoin de ressortir un autre 100$.

      Dans cette illustration simpliste, je dirais même que la contribution de la Fed est DÉflationniste si elle resort le 100$.

      Paul

  13. Antoine dit :

    Ultimement, nul ne sait qu’est-ce qui va arrivé, mais ça s’éclaircit de plus en plus et on se dirige vers le scénario que vous avez mis comme plus probable (dépression-déflation). Ça risque d’être intéressant (et dur). Mais on est clairement dans une bulle de bulle du à pleins de hot money. On gage sur les trends(Bitcoin, housing) au lieu d’y aller avec les fondamentaux. Triste.
    Vous devriez suivre Jesse Colombo de Forbes (Bubble economist) il est très intéressant et instructif.

    Sur ce, je vous souhaite un joyeux temps des fêtes.

  14. Chief dit :

    Le feeling de déflation…cela fait plus de 10 ans que je suis marié. Évidement certains de mes meubles on la même age que mon mariage. Nous avons commencer à magasiné certains appareils et nous sommes incapable d’acheter. Pourquoi? À toute les fois ou nous avons un deal incroyable (je parle de plus de 30% du prix affiché en payant cash) on regarde une dernière fois chez un compétiteur et il baisse le prix d’un autre 3-5 % de plus. Nous avons acheter un poêle et juste avant de payer nous avons appeler le vendeur précédent pour lui dire ce que faisions et il nous as dit qu’il pouvait faire mieux…je regardé le nouveau vendeur dans les yeux et lui ai dit que je ne voulait pas sortir du magasin…il nous a donné le même prix mais sans taxes!!!!

    Cependant, ceci à l’air extra-ordinaire mais ca me fou les boules…cela veux dire qe je dois attendre car les prix vont baisser…..encore et encore et encore….Méchant problème 🙂

    • Effectivement, il y a des secteurs en inflation mais il y en a plus que les gens croient en deflation. De plus, je ne crois pas que les calculs d’inflation, ces sondages, tiennent compte de tous les deals internet, et de l’importance du marché secondaire créé par Ebay, lespac et kijiji etc.

  15. andré martin dit :

    Au fond, Paul, la nouvelle économie est basés sur le crédit. Ce qui n’est pas nouveau en soi, ce qui l’est cependant c’est d’étendre ce recours à la dette sur un horizon infini: si la prochaine génération (pas encore née) ne peut pas éponger toute cette dette, on n’a qu’à la refiler à la suivante, et ainsi de suite… Fallait y penser.

    Encore plus farfelu ou symptomatique, les nouvelles monnaies (genre bit-coins) viennent, disons, rendre l’avenir encore plus amusant.

  16. Yvon dit :

    2013 aura été une année désastreuse pour les investisseurs prudent. Je dirais même que les 4 dernières années ont été des années d’appauvrissement pour ceux-ci. Quelles leçon devons nous retenir de cette période? Moi, je pense qu’on devrait retenir qu’une approche équilibrée avec des actifs dans tout les types de placement est la clé, et qu’il ne faut pas tenter de prévoir les marchés.

    • Vous avez raison au sujet des 4 dernières années. Évidemment de mi 2007 à mi 2009 la surperformance était énorme …

      Mais dans mon cas, il ne s’agit pas de tenter de prédire le future. Il s’agit de se baser sur des données économmiques de cause à effet. Et il est vrai qu’historiquement les rendements ont été faibles sur des périodes de 10 à 20 ans suivant un moment où les actions sont trop chères. Dans les cas de bulles spéculatives aides par de la dette, les prix en bourse ont toujours subu de violentes pertes qui faisaient pardre la totalité des gains spéculatifs et bien plus. Je prends 1999 comme point de départ car c’est la date de fondation de PDJ.

      L’imnportant est que cette approche fonctionne à long terme et dans mon cas, les rendements ont été plus élevés que la majorité et que la majorité des indices si on prend les périodes 1999 à 2002 et 1999 à 2009. Je demeure confiant qu’il y aura une autre période dans le bas du cycle actuel où nous aurons sur-performé et si c’était 2014, ce serait sur une période de 15 ans.

      J’aimerais tellement voir les rendements annuels composes de chaque individu pour con portefeuille total depuis 1999 …. ou au moins une courbe de distribution des rendements. Mais les firmes de courtage ne publieront pas ça c’est certain.

      • Eric Bouchard dit :

        Regardé la performance de Francois Rochon (Giverny Capital) depuis 1993,il investie 100% en actions??

        • Effectivement. Je regarde plutôt sa performance du moment qu’il a eu sa licence et depuis cette date, en 2007 il me battait, en 2009 je le battais, et aujourd’hui il me bat.

          Je n’ai jamais prétendu qu’il n’y a qu’une seule façon d’investir. Mais il faut à mon avis développer une méthode qui a des raisons économiques et fondamentales de fonctionner, base sur des principes d’investissement raisonnable, et en encourant un risque raisonnable. Je crois que François Rochon a réussi à créer ces conditions et qu’il les a mises en application avec intégrité et discipline (bien que je ne l’ai pas vérifié spécifiquement …). Il est à un sommet de marché pour sa méthode, et moi je suis à un bas de marché pour ma méthode en ce moment comme lui l’était en mars 2009.

          Je crois que nos deux approches devraient fonctionner à long terme et notre succès ultime dépend de notre capacité à exécuter nos stratégies et opinions par un choix judicieux de titres à long terme.

          Merci de vos commentaires et joyeuses fêtes !

        • Yvon dit :

          Cette année ça doit être son année de gloire, car il privilégie les actions américaines et avec la descente du dollar canadien, les rendements ont été impressionnant. J’espère que ce sera l’inverse pour 2014…

  17. Benoit R. dit :

    M. Dontigny, Je profite de l’occasion de la période des Fêtes pour vous souhaiter mes meilleurs voeux.

    Pour le néophyte que je suis, vous lire est un réel bonheur très enrichissant. Je vous en remercie.

    Au plaisir de vous lire longtemps, Benoit

  18. Yvon dit :

    Pour quelqu’un comme vous et moi qui avons tout misé sur une catastrophe à venir à la bourse , il faut demeurer patient. Il y aura certainement d’ici peu de temps une correction mineure ou majeure… Cependant, quel sera l’ampleur de cette correction? Patience, un jour nous pourrons acheter à un creux. En sommes nous absolument certain? Pourrons nous vraiment reconnaître ce creux? Ou, si nous le manquerons comme ce fut le cas en 2009? Non, dans le fond, on ne sais pas. On est peut-être prisonnier de nos décisions prudentes passées et condamné aux maigres rendements actuels de nos comptes banquaires pour longtemps encore? Je vous souhaite de très joyeuses fêtes M. Dontigny!

    • Comme le disais Jean Gabin dans sa chanson: « maintenant je sais qu’on ne sait jamais .. mais ça j’le sais! »

      S’il y a une chose où j’ai été très clair, c’est au sujet de mon incapacité à prédire le futur. Reste que selon mes critères de valeur (valeur actualisée des profits futurs) incluant divers ratios, mesures et estimations subjectives de plusieurs scenarios futurs, nous sommes encore dans des moments où la plupart des facteurs économiques et d’évaluation sont à des extrêmes.

      C’est pour cette raison que je ne suis jamais devenu acheteur d’actions depuis 1999. Mon opinion (pas la même chose qu’une prédiction) est qu’il doit y avoir, finalement, un retour à un niveau d’équilibre plus réaliste dans les prix des actions. Il y a des moments dans l’histoire où il n’est pas avantageux d’investir dans certaines classes d’actifs et nous venons de vivre, et continuouns de vivre, dans un monde où plusieurs classes d’actifs sont à mon avis désavantageuses au niveau du rendement potentiel ET du risque.

      Merci de vos commentaires !

      Paul

    • En décembre 1999, le titre de Microsoft était autour de 60$. Presque 15 ans plus tard il est à 36,62$, en baisse de 38%. Il y a 9 mois il était autour de 27$. Les dividendes n’ont pas compensé pour la perte en capital sur une période de 15 ans.
      Depuis 1999 les profits de Microsoft ont triplé.
      En décembre 1999, la réalité, qui était bien réelle, était un prix d’environ 60$ pour Microsoft.
      On nous disait aussi en 2000 que non seulement la réalité était que Nortel transigeait à 125$, mais que les analystes en grande partie avaient des cibles au-dessus de 150$ et certains à plus de 185$.
      Le titre de Bombardier, possiblement le titre le plus populaire au Canada à part Nortel, cette année là avait atteint 26$. Il a fermé à 4,59$ aujourd’hui. Non … il n’y a pas eu de fractionnement d’actions.
      Cisco, qui a un profit de 10$ milliards cette année, est passé de 80$ à 20$ en 15 ans.
      Ces titres (et beaucoup d’autres) étaient très populaires en 2000, c’est-à-dire qu’ils composaient une forte proportion de la plupart des portefeuilles. Pas tous évidemment … mais plusieurs.
      C’était la réalité de l’an 2000.
      La réalité de 2013- 2014 est à mon avis à peu près aussi extrême qu’un mélange de 2000 et 2008. Souvenez-vous à quel point l’économie était en croissance durant les années 90.
      Alors oui, c’est réel dans le moment présent … et à mon avis illusoire face au futur. Et le prix en bourse, devrait refléter un peu plus la valeur actualisée des profits futurs.

  19. Chief dit :

    Bonne année 2014 M. Dontigny, au plaisir de vous lire. Indépendamment des opinions et des résultats de la bourse ou de vos actifs, je suis extrêmement intéressé par vos opinions et enseignements. Merci pour toute cette énergie, et surtout gardez le Cap. Ici, les commentaires sont teintées par des investisseurs en herbes que nous sommes, mais durant les fêtes des discussions en famille sur l’état général de l’économie m’a fait sourciller plus d’une fois. De nombreuse fois j’ai eu le commentaire que les gouvernements ne peuvent pas nous laisser tomber et qu’ils ne montreront pas les taux d’intérêts car il y aurait trop de faillites. Je leur rappel 1990 et ils me répondent que nous sommes allez trop loin et c’est a cause des gouvernements et des bas taux, ils ne peuvent donc plus recouler!!!

    En tout cas…le débat dans ma tête…devrais-je nourrir ma famille quand elle sera dans la m$%?&*.

  20. Martin lavoie dit :

    Bonjour Paul, tu dois commencer à avoir hâte que les marchés reculent pour démontrer que ta théorie fonctionne …

    Que penses-tu de celle -là ??

    Publié le 11 janvier 2014 à 05h00 | Mis à jour le 11 janvier 2014 à 05h00
    L’économie en 2014 vue par Clément Gignac

    Q Si vous aviez 4000 $ à investir en ce moment, où placeriez-vous votre argent?

    R Tout dépend de votre profit d’investisseur. Je ne conseille pas à tout le monde le même type d’investissement. Pour ceux qui ont 4000 $ à investir et qui n’ont pas de problèmes financiers à l’horizon, je leur conseille les marchés boursiers. Pas besoin d’être riches pour investir à la Bourse. Il y a toutes sortes d’instruments financiers pour être présent sur les marchés. L’économie américaine s’accélère, et les rendements seront intéressants. L’an dernier, la Bourse américaine a progressé de 30 %. C’est l’une des 10 meilleures années en termes de rendement. On a étudié les meilleures années des marchés boursiers aux États-Unis et on constate que l’année suivante, les rendements sont aussi au rendez-vous 9 fois sur 10. Le marché boursier américain n’est pas surévalué. Il faut toutefois se donner un horizon de placement de trois à cinq ans.

  21. Un message rapide pour vous dire que depuis votre départ de Les Affaires, ce n’est plus… comme avant! Après 2 années à ronger mon frein et m’ennuyer de vos chroniques (mais travailler sans relâche sur mes projets d’affaires!), j’ai fais une recherche et trouvé votre blogue… dont j’ai aussitôt ajouté le fil RSS à mes favoris!

    Ne changez pas; le monde des Affaires et des marchés boursiers a besoin non seulement de personnes qui osent croire/dire/faire le contraire de la majorité docile, mais surtout de personnes qui prennent le temps de justifier pourquoi et de vulgariser le tout à ceux qui osent s’ouvrir les yeux consciemment!

    Bien heureux de vous avoir retrouvé M. Dontigny!; une bonne année 2014 à vous!

    N.B. J’ai une approche de gestion balancée et je ne déteste pas une bonne portion de risque bien calculé, mais en ce moment je suis clairement « Bear »… mais patient pour liquider les actifs que j’ai acquis à [trop] gros prix de 2003 à 2008 et à bon prix de 2008 à 2009 car je ne crois pas que les marchés amorceront leur chute avant au moins 12-18 mois.

    Mathieu Savoie
    Montréal, QC

  22. conspiracynuts dit :

    Il était une fois…
    Un homme qui était investisseur à Wall Street.
    Il allait chaque jour faire cirer ses chaussures par la même personne.
    Un jour cette personne lui a donné un ‘tip on stocks’.
    Il a appelé son broker en arrivant au bureau et a tout vendu.

    Moi je vous le conseil all-in sur l’or et les métaux précieux, ‘check’ c toi le pire le gros, si tu crois qu’ils vont arrêter d’imprimer de l’argent. l’économie tomberait immédiatement………………….

    sourire 😉

    Paul vous étiez le seul qui traitait l’actualité économique comme un professionnel, mais vous devez le faire encore.. tout est lié en 2014.. je me rappellerai toujours de vos billets concernant les sujets chauds, Fukushima, etc. Vous étiez le seul à vous mettre a l’eau et je sais que ça vous a péter dans la face.. Vous aviez de l’ouverture d’esprit et vous adaptiez toujours même si vous ne disiez pas toujours le fond de votre pensé.

    J’espère que les temps qui viennent seront un nouveau départ pour vous. Vous avez le bagage et la colonne pour tenir compte à n’importe quel économiste..

    Je souhaite retrouver ce Paul qui sortait des sentiers battu et qui touchait à des sujets très sensibles que tenait à coeur aux gens.. Pas les niaiseries de TVA 😉 , des vrais sujets comme Obama qui a imprimé plus d’argent durant sa présidence que tout les autres présidents réuni avant lui.

    Vous étiez d’ailleurs le blogue le plus commenté dans les blogues des économistes au Québec. Souvenez-vous en parce que moi je m’en rappelle. Go Paul ce n’est plus l’heure de ‘kick la canne’ c’est l’heure de ‘kick des culs d’illuminatis’. Peut importe comment on les appelles élites, gouvernement secret, CFR, Trilateral, etc.

  23. Yvon dit :

    Vous êtes bien silencieux M. Dontigny. Vos commentaires sur l’économie me manquent.

  24. andré martin dit :

    En effet, Paul… Please, come back with a vengeance!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *