Liste des pays ayant fait défaut sur leurs obligations (1300 – 2008)

Voici une liste des pays ayant fait défaut sur leur dette. Cette page provient de Wikipédia et je vous invite à la visiter à

 http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9faut_souverain

Copie ci-dessous car les adresses ont tendance à être modifiée :

Défaut souverain

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

Aller à : Navigation, rechercher

Un défaut souverain est le fait pour un gouvernement ou un État souverain de ne pas payer entièrement sa dette.

Si des prêteurs potentiels ou des souscripteurs d’obligations d’État commencent à soupçonner que l’État pourrait ne pas rembourser sa dette, ils réclament un haut taux d’intérêt, une prime en compensation du risque de défaut. Une forte hausse des taux d’intérêts en réponse à une inquiétude croissante concernant le défaut d’un État est parfois appelé une crise de la dette souveraine. Les gouvernements sont particulièrement vulnérables à ces crises lorsque leurs dépenses reposent sur un large financement à court-terme.

Étant donné qu’un État souverain, par définition, a le contrôle sur sa situation, il ne peut pas être contraint de rembourser ses dettes[1]. Néanmoins, les États peuvent alors faire face à de fortes pressions de la part de ses créditeurs, publics ou privés. Dans certains cas, une nation créditrice peut déclarer la guerre à la nation endettée pour avoir refusé de rembourser sa dette. Par exemple, l’Angleterre a régulièrement attaqué les pays ne remboursant pas leur dette publique extérieure, envahissant notamment l’Égypte en 1882, et Istanbul, à la veille du défaut de la Turquie en 1876[2].

La diplomatie de la canonnière mise en place par les États-Unis au Venezuela au milieu des années 1890 et l’occupation américaine d’Haïti à partir de 1915, en sont d’autres exemples[2].

Un État faisant défaut peut également se voir refuser l’accès au crédit et certains de ses avoirs détenus à l’étranger peuvent être saisis (les mines chiliennes de cuivre furent notamment saisies par le gouvernement américain en 1977)[2]. Il peut également faire face à la pression des détenteurs nationaux d’obligations. Pour cela, un État fait rarement défaut sur le montant total de sa dette. Au lieu de cela, il entre souvent dans une phase de négociation avec ses créditeurs pour s’accorder sur un ré-échelonnement ou une décote de la dette, mesures souvent appelées « restructuration de la dette » ou haircut.

Liste des défauts souverains[modifier]

La liste suivante recense les défauts souverains ainsi que les restructurations de dette des pays indépendants, de 1300 à 2008[3].

Afrique

  • Algerie (1991)
  • Angola (1976[4], 1985, 1992-2002[4])
  • Cameroun (2004)[4]
  • République centre-africaine (1981, 1983)
  • Congo (Kinshasa) (1979)[4]
  • Cote d’Ivoire (1983, 2000)
  • Gabon (1999-2005)[4]
  • Ghana (1979, 1982)[4]
  • Liberia (1989-2006)[4]
  • Madagascar (2002)[4]
  • Mozambique (1980)[4]
  • Rwanda (1995)[4]
  • Sierra Leone (1997-1998)[4]
  • Soudan (1991)[4]
  • Tunisie (1867)
  • Égypte (1876, 1984)
  • Kenya (1994, 2000)
  • Maroc (1983, 1994, 2000)
  • Nigeria (1982, 1986, 1992, 2001, 2004)
  • Afrique du Sud (1985, 1989, 1993)
  • Zambie (1983)
  • Zimbabwe (1965, 2000, 2006[4])

Amérique

  • Antigua et Barbuda (1998-2005)[4]
  • Argentine (1827, 1890, 1951, 1956, 1982, 1989, 2002-2005[4])
  • Bolivie (1875, 1927[4], 1931, 1980, 1986, 1989)
  • Brésil (1898, 1902, 1914, 1931, 1937, 1961, 1964, 1983, 1986-1987[4], 1990[4])
  • Canada (Alberta) (1935)[4]
  • Chili (1826, 1880, 1931, 1961, 1963, 1966, 1972, 1974, 1983)
  • Colombie (1826, 1850, 1873, 1880, 1900, 1932, 1935)
  • Costa Rica (1828, 1874, 1895, 1901, 1932, 1962, 1901, 1932, 1962, 1981, 1983, 1984)
  • République dominicaine (1872, 1892, 1897, 1899, 1931, 1975-2001[4], 2005)
  • Équateur (1826, 1868, 1894, 1906, 1909, 1914, 1929, 1982, 1984, 2000, 2008)
  • El Salvador (1828, 1876, 1894, 1899, 1921, 1932, 1938, 1981-1996[4])
  • Grenade (2004-2005)[4]
  • Guatemala (1933, 1986, 1989)
  • Guyane (1982)
  • Honduras (1828, 1873, 1981)
  • Jamaïque (1978)
  • Mexique (1827, 1833, 1844, 1850[4], 1866, 1898, 1914, 1928-1930s, 1982)
  • Nicaragua (1828, 1894, 1911, 1915, 1932, 1979)
  • Panama (1932, 1983, 1983, 1987, 1988-1989[4])
  • Paraguay (1874, 1892, 1920, 1932, 1986, 2003)
  • Pérou (1826, 1850[4], 1876, 1931, 1969, 1976, 1978, 1980, 1984)
  • Surinam (2001-2002)[4]
  • Trinidad et Tobago (1989)
  • États-Unis (1790, 1933)[4]
    • 9 États (1841-1842)[4]
    • 10 États(1873-83 or 1884)[4]
  • Uruguay (1876, 1891, 1915, 1933, 1937[4], 1983, 1987, 1990, 2003)
  • Venezuela (1826, 1848, 1860, 1865, 1892, 1898, 1982, 1990, 1995-1997[4], 1998[4], 2004)

Asie

  • Chine (1921, 1932[4], 1939)
  • Japon (1942, 1946-1952[4])
  • Inde (1958, 1969, 1972)
  • Indonésie (1966, 1998, 2000, 2002)
  • Iran (1992)
  • Irak (1990)
  • Jordanie (1989)
  • Koweït (1990-1991)[4]
  • Myanmar (1984[4], 1987[4], 2002)
  • Mongolie (1997-2000)[4]
  • Philippines (1983)
  • Iles Salomon (1995-2004)[4]
  • Sri Lanka (1980, 1982, 1996[4])
  • Vietnam (1975)[4]

Europe

  • Albanie (1990)
  • Autriche-Hongrie (1796, 1802, 1805, 1811, 1816, 1868)
  • Autriche (1938, 1940, 1945[4])
  • Bulgarie (1990)
  • Croatie (1993-1996)[4]
  • Danemark (1813)[4]
  • Angleterre (1340, 1472, 1596)
  • France (1558, 1624, 1648, 1661, 1701, 1715, 1770, 1788, 1812)
  • Allemagne (1932, 1939, 1948[4])
    • Hesse (1814)
    • Prusse (1683, 1807, 1813)
    • Schleswig-Holstein (1850)
    • Westphalie (1812)
  • Grèce (1826, 1843, 1860, 1893, 1932)
  • Hongrie (1932, 1941)
  • Pays-Bas (1814)
  • Pologne (1936, 1940, 1981)
  • Portugal (1560, 1828, 1837, 1841, 1845, 1852, 1890)
  • Roumanie (1933, 1982, 1986)
  • Russie (1839, 1885, 1918, 1947[4], 1957[4], 1991, 1998)
  • Espagne (1557, 1575, 1596, 1607, 1627, 1647, 1809, 1820, 1831, 1834, 1851, 1867, 1872, 1882, 1936-1939[4])
  • Suède (1812)
  • Turquie (1876, 1915, 1931, 1940, 1978, 1982)
  • Ukraine (1998-2000)[4]
  • Royaume-Uni (1749, 1822, 1834, 1888-89, 1932)[4]
  • Yougoslavie (1983)

 

Notes et références[modifier]

  1. The Costs of Sovereign Default: Theory and Reality [archive], VOXLACEA, 2010
  2. a, b et c (en) Carmen M. Reinhart et Kenneth S. Rogoff, This time is different: Eight Centuries of Financial Folly (p. 54ff) publisher=Princeton University Press, 2009 (ISBN 978-0-691-14216-6)
  3. (en) Carmen M. Reinhart et Kenneth S. Rogoff, This time is different: Eight Centuries of Financial Folly (p. 23, 87, 91, 95, 96) publisher=Princeton University Press, 2009 (ISBN 978-0-691-14216-6)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am, an, ao, ap, aq, ar, as, at, au, av, aw et axThe Forgotten History of Domestic Debt [archive], Carmen M. Reinhart and Kenneth S. Rogoff, 17. April 2008, NBER, p.41ff
Ce contenu a été publié dans Blogue écrit. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Liste des pays ayant fait défaut sur leurs obligations (1300 – 2008)

  1. YBertrand dit :

    Bonjour. Extrêmement intéressant comme portrait surtout lorsqu’une personne a beaucoup de connaissance en histoire. Je m’aperçois que nombreuses dates (années) correspondent avec des guerres intérieurs (civiles), régionales, mondiales et dans le cas de l’Afrique de l’année de promulgation d’indépendance des règnes Britannique et Français. Hors c’est une question soulevée dans tout bonnes ouvrages historiques mais peu documenté dans celle-ci. Il sera intéressant pour ceux qui aiment l’histoire de pouvoir connaître à travers de nouvelles recherches pour savoir si c’est son défaut qui a conduit un pays vers une période de guerre ou si le défaut est la conséquence de cette guerre. Si vous avez en tête des livres sur l’histoie du FMI et de la Banque Mondiale, n’hésitez pas à nous le communiquer puisque ces deux entités sont beaucoup plus présente dans l’économie que nous pensons. Se sont surtout leur mandats respectifs qui ont été remplacés par des entités locales tout comme aux USA par le bais de Commissions et Bureau de tout acabit que les USA réussissent parfois à contourner l’esprit des lois internationales en vigueurs. Merci beaucoup pour ce clin d’œil et bonne journée.

  2. Martin Lavoie dit :

    Bonjour ,

    Nous savons tous qu’ il y a des pays qui ont fait défaut et que ça va sûrement arriver mais la question est toujours la même :
    À quand le défaut des états unis ?, tu jouras safe en disant que tu ne
    sais prédire le future mais le point de mon dernier commentaire est que les É-U peuvent S’ endetter encore 20 ou 30 ans malheureusement.

    Je suis pourtant d’ accord avec toi mais je constate que ce n’ est pas ce qui est important avec les marchés financiers.

    Merci !

    Martin

    • Voir mon blogue sur le principe ded Gartman : Ce sera important quand ce sera important. Entretemps, ce n’est pas important !!! Mais, il y a les limites physiques qui peuvent créer des circonstances où ça devient important.

      • YBertrand dit :

        Bonjour. Cela ressemble beaucoup à Yogi Bear qui répétait sans cesse « It is not over until it’s over » ; ) Merci et bonne journée.

    • YBertrand dit :

      Bonjour monsieur Lavoie. Je ne crois pas que les USA peuvent s’endetter durant 20 ou 30 ans car ses créanciers ne dorment pas tous au gaz. La dette est d’ailleurs la première préoccupation des investisseurs institutionnels selon plusieurs analystes. La base de ce constat réside dans le fait que les pays européens ont donné un coup de barre et sont prêt à en donner d’autres alors qu’aux USA c’est plutôt le « business as usual » qui prône. Les deux prochaines années seront déterminantes pour l’économie mondiale mais surtout celle des USA. Merci et bonne journée.

      • Martin Lavoie dit :

        Merci Mr Bertrand de votre intérêt mais le but des forums
        De discussions est d’être éclairé su nos choix d’investissements .

        C’est assuré que la tendance sera à la baisse sur les marchés un moment donné , des gens diront qu’ils le savaient mais le but est
        D’investir et de faire de l’argent et les marchés boursiers carburent
        A ll’illusion alors vive l’illusion dans ce cas non ?

        Drôle d’observer les perma bull et les perma bear, tout le monde aura raison un jour,les grands gagnants seront ceux qui vendent des cours ,des livres ou des gens qui gagnent à se faire connaître grâce
        À leur prédictions… Bonnes ou mauvaise ; )

        Martin

        • Martin Lavoie, je crois que vous faites erreur dans voitre jugement simpliste de ce que vous appelez les perma- bulls ou bears.
          Ça existe sûrement et en fait j’en connais.
          Quand une personne vous parle d’investissement, ou d,une stratégie, ou d’une opinion, il est important est de savoir les choses suivantes sur cette personne : Quelles sont sa philosophie d’investissement, sa politique d’investissement, et ses méthodes pour créer des stratégies. Il faut savoir le styule de cet investisseur, et les sources de ses idées, incluant les écoles de pensée qui l’ont inspiré.

          Il faut savoir si l’investisseur agit dans son quotidien dans un contexte relatif, ou absolu, contraint ou non, généraliste ou spécialiste, actions ou obligations, spéculateur ou investisseur, quel est son horizon d’investissement, etc.

          Dans mon cas, le fait d’être Bear sur les actions provient de ma philosophie d’investissement qui me dicte que dans une bulle spéculative ou un environnement anormalement risqué, j’ai la possibilité d’être investi à 100% en liquidités si je le choisis. Peux d’investisseurs professionnels ont ce choix. Je peux aussi faire de l’argent lorsque les titres baissent (être short). Et je suis payé en partie basé sur le rendement réalisé des portefeuilles de mes clients, ce que peux de conseillers ont aussi. De plus, je peux acheter ou vendre à découvert n’importe quel actif tel que permis par la règlementation. J’ai créé ma firme pour avoir le plus de liberté possible.

          Plusieurs gestionnaires se spécialisent en actions. Ils gèrent uniquement la portion action de leur client. Leur contexte est donc très différent du miens. D’autres comme Bill Gross gèrent uniquement des obligations, alors que Buffett s’est créé un environnement dans lequel il peut acheter ou vendre à découvert n’importe quel actif.

          Les étiquettes innocemment attribuées comme perma Bull, ou « Value » ou momentum sont probablement une des principales causes de mauvaises performance chez lesinvestisseurs. Ils n’étudient pas assez toutes les autres caractéristiques de leur conseiller ou gestionnaire et ils se font se fausses espérences ou illusions.

          vous devriez savoir maintenant que personne ne peut prédire le futur et que nous tentons seulement de gérer les probabilités. On ne « sait » pas grand chose. Ce qui compte c’est de faiore de l’argent en bout de ligne et d’encourir un risque raisonnable.

  3. R.Varin dit :

    Bonjour Monsieur Dontigny,

    Vous pouvez maintenant ajouter le nom du Bélize à la liste des pays ayant fait défaut: http://affaires.lapresse.ca/economie/international/201209/24/01-4576816-naufrage-dans-les-caraibes.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *