Facebook tombe sous le 100x

Chers investisseurs,

Aujourd’hui le titre de Facebook est tombé à une évaluation de moins de 100x les profits des douze derniers mois.

On nous dit dans les médias que le peuple, la population, le petit investisseur quoi … n’est plus dans le marché. Distinguons bien titre en bourse et compagnie. Quand je vois un titre d’une compagnie connue du public qui est émise sous prospectus (représailles légales plus faciles que lors de l’achat d’un titre sur le marché secondaire en bourse) :

  • à plus de 100 fois les profits,
  • que ces profits ont récemment été révisés à la baisse,
  • et qu’en plus à la dernière heure, certains investisseurs auraient été informés que les profits prévus seraient aussi révisés à la baisse,

je me dis que le petit investisseur est encore très présent dans le marché.

Peut-être que les grands investisseurs ont agi en petits ? Peu importe, cette histoire est à dormir debout puisqu’on ne parle pas ici d’un penny stock, ou d’une compagnie ayant pour tout actif un concept jamais encore mis en application (concept stock), mais d’une compagnie évaluée aux fins de prospectus à 74$ milliards !!!

J’ai mentionné deux fois la distinction entre titre (ou stock) et compagnie. Et l’erreur dans le cas de Facebook est probablement là, à part les diverses fraudes présumées qui sont et seront sous investigation. Une compagnie connue flatte notre recherche de sécurité par biais de la reconnaissance du sujet :

  • À qualité, risque et valeur égales, nous sommes prêts à payer plus cher pour une compagnie connue (souvenez de Nortel ?)
  • À grosseur inégale, nous favorisons les grosses compagnies car on les perçoit comme plus solides (souvenez de AIG et GM ?)
  • La pénurie, même injustifiée, attire la demande car si tout le monde en achète, ça doit être bon ! (souvenez de Bombardier ?)
  • L’exclusivité (seuls les amis auront du stock de la nouvelle émission) et le glamour attisent le désir de puissance … et la sensation d’invulnérabilité qui caractérisent les initiés.

Bref le désir de combler notre avidité ainsi que notre recherche de la sécurité par solidité + reconnaissance, sont des phénomènes très naturels et humains … à deux pas de la spéculation.

Effectivement, la recherche de sécurité exagérée, illusoire ou irrationnelle, nous fait souvent agir comme des spéculateurs malgré nous (souvenez de la sécurité des banques publicisée en 2007 et jusqu’à l’automne 2008 ?)

J’ai mentionné quelques fois le « prospectus » car il est fort possible qu’il y ait des investigations judiciaires et/ou règlementaires dans ce dossier.

Je crois que les partis impliqués étaient très pressés de sortir ce Pape (premier appel public à l’épargne) ou IPO. Ont-ils sonné la cloche comme Blackstone l’avait fait au sommet du marché en 2007 ? C’est possible. Une chose est certaine, il y a une tonne de spéculation dans ces marchés pour que les gens en parlent autant, pour que les médias en parlent autant, et pour qu’un tel cirque avec clowns, et tout et tout … soient encore tolérés dans les marchés financiers.

Ça sent la bulle à plein nez !

Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA

P.S. La cloche : Un dicton de marché dit que personne ne sonne la cloche au sommet du marché pour nous avertir que la hausse est terminée.

Voici justement une annonce d’enquête:

The Financial Industry Regulatory Authority’s chairman said on Tuesday that regulators plan to review allegations that Morgan Stanley shared negative news before Facebook’s initial public offering with institutional investors.

« The allegations, if true, are a matter of regulatory concern » to FINRA and SEC, Ketchum told Reuters.

Ketchum made the remarks to Reuters in response to allegations that Morgan the lead underwriter on the deal, unexpectedly delivered some negative news to major clients in the run-up to Facebook’s $16 billion IPO: The bank’s consumer Internet analyst, Scott Devitt, was reducing his revenue forecasts for the company.

Massachusetts Secretary of Commonwealth William Galvin has issued a subpoena to Morgan Stanley over the discussions with investors on Facebook.

It is unusual for analysts at lead underwriters to make such changes so close to the IPO, sources said. It is unclear whether Morgan Stanley only told its top clients about the revised view or spread the word more broadly.

« The Securities Division has put out a subpoena to Morgan Stanley in connection with the analyst’s discussion with certain institutional investors about the revenue prospects for Facebook, » a spokesman for Galvin’s office said. …

 

 

Ce contenu a été publié dans Blogue écrit, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Facebook tombe sous le 100x

    • Benoit R. dit :

      La question est, pourquoi une compagnie devient-elle publique? Je ne connais pas l’état de l’encaisse… mais Mark ne semblait pas dans la ch’noute comme on dit!!! Que veulent-ils faire avec ce financement?

      • Je ne sais pas – je n’ai pas lu le prospectus. Il y a un e section qui discute de « use of proceeds ».

        Dans leur cas c’est certainement acquisitions et développement de la croissance internationale.
        Mais c’est aussi une façon de vendre une partie de leurs actions pour « casher in » comme on dit. Il est évident que les marchés financiers ne jouent par leur rôle de répartition du capital dans les meilleurs projets. Le processus a été détourné par la structure de l’industrie du financement, ce qui n’ets pas nécessairement mauvais, mais qui n’ets pas nécessairement bon. Il y a les investisseurs à risque qui achètent quand les compagnies naissent (anges) et les Venture capitalists, ainsi que les les private equity guys qui se vendent entre eux leurs parts selon le cycle de vie de l’entreprise et certaines sont vendues au public.

        Le problème est que les horizons de certains de ces investisseurs sont très courts (moins de 5 ans) et ils poussent donc les dirigeants à créer pour vendre au lieu de créer pour bâtir. On ne crée donc pas du tout la même qualité de compagnie lorsqu’on crée pour vendre … comme pour les maisons.
        Même problème pour les caisses de retraite et autres institutions qui sont partagées entre investir pour 30 ans et pour chaque trimestre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *