Blogue PDJ écrit – « Margin Call » et l’Irlande …

Je suis allé voir le film Margin Call hier soir au AMC, le seul à présenter ce film à Montréal en ce moment, et nous étions 3 dans la salle !

Je ne peux pas dire que la vulgarisation des choses complexes est très réussie, seulement partiellement. Je ne peux pas dire qu’il y a de l’action comme on est habitués d’en voir ici.

Mais l’action implicite illustrant comment nous avons été attaqués avec la même violence que dans les films où les extra-terrestres nous bombardent est évidente. Et vous devriez comprendre ce qui s’est réellement passé car c’est expliqué de diverses manières avec plusieurs illustrations dans lkes discussions des personnages (incluant Kevin Spacey)

C’est un film sur le processus de la crise, sur les émotions (ou leur absence) des financiers impliqués, sur les relations de pouvoir, sur une perspective humaine de l’avidité et de la corruption ou fraude, et finalement sur la structure de base sur laquelle s’appuie notre système de Wall Street. Je n’ai aucun doute que les évènements du film sont des faits vécus en 2007-2008.

Et je n’ai aucun doute que nous en vivrons d’autres semblables bientôt – mais la définition de « bientôt » est difficile à préciser. À titre d’indicateur, je rappelle que nous avons eu une intervention massive, concertée et publicisée par l’ensemble des grandes banques centrales du monde il y a quelques semaines, et que les négociations se poursuivent pour en créer d’autres — donc les problèmes ne sont pas réglés.

Le défaut de la Grèce n’est toujours pas officiel et voici qu’on nous revient avec cette nouvelle qui n’en est pas une. Et n’oubliez pas que l’Irlande peut l’ajouter à liste des pays en difficulté (sans compter l’Égypte et les autres de cette région) incluant entre autres la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Italie et éventuellement la France et l’Angleterre :

 

IMF Urges European Firewall Around Ireland

By Joe Brennan – Dec 20, 2011 Ireland’s European benefactors should take steps to create a firewall around the nation, as its prospects remain “fragile” amid the escalating euro-region debt crisis, the International Monetary Fund said.

The crisis may hamper Irish economic growth, increase the cost of re-entering bond markets and make it harder for the country’s banks to sell off assets, the Washington-based fund said today in its fourth review of Ireland’s bailout program.

“Stronger European support for Ireland’s recovery would help sustain fiscal consolidation efforts and reinforce prospects for program success, with positive spillovers for European stability,” the IMF said. “By enhancing the robustness of Ireland’s program, these and other potential steps would also provide a firewall protecting the euro area against potential shocks.”

Ireland sought a 67.5 billion euro ($88.5 billion) international rescue last year, amid concern that the nation’s banking woes would push it into bankruptcy. With the state seeking to test bond markets in 2012 after a two-year hiatus, Ireland’s partners should consider a range of extra measures, the IMF said.

“The main thing that would be desirable would be to break this link between the sovereign and the financial system more effectively than has been done so far,” Craig Beaumont, IMF’s mission chief for Ireland, said on a call with reporters today. “The prospects for the program’s success remain positive.” …

Paul Dontigny Jr, M.Sc., CFA

 

Ce contenu a été publié dans Blogue écrit, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

14 réponses à Blogue PDJ écrit – « Margin Call » et l’Irlande …

  1. Martin Lavoie dit :

    Bonjour Mr. Dontigny,

    A voir les marchés aujourd’ hui ( Mardi 20 dec. ) crise ou pas , j’ ai l’ impression que les marchés sont condamnés a monter puisque les investisseurs savent que si ça dérape, il y aura d’ autres interventions ( bernanke ou autres )

    non ?

      • Albi dit :

        Mark Faber soutien la même chose que M. Lavoie.
        Sur le long terme, il vont l’échapper, mais sur le court terme, le marché semble bien « riggué » et ne demande qu’à croire au Père Noël.

        Albi

      • Steph V dit :

        Je comprend que le «Non» de Paul porte sur une période qui lui est bien défini. Ainsi le marché ne va pas monter à l’infini pendant cette période. Je suis donc d’accord. À court terme il peut y avoir une lancée à la hausse de 500 à 1500 pts sur le Dow. L’année 2012 sera par contre déterminante et marquera soit un essouflement marqué (déjà débutée sur le TSX) ou bien le début d’une très grande et virulente période de baisse.

        En passant j’ai étudié au cours des dernières années plusieurs indicateurs statistiques. Un indicateur m’apparait quasi sans faille. Il s’agit de comparer les moyessnes mobiles 150 jrs et 360 jrs. Essayer-les pour voir. Vous verrez que ça ne ment pas et que ça donne un signal clair. Pour le TSX ça démontre déjà que nous sommes dans une très grande tendance baissière pour les prochaines années.

        • Mon non signifie que je me faisais dire la même chose en 2000 et en 2007-08. Le point ici est encore le concept des limites physiques et je crois que plusieurs ont été atteintes, au point où les interventions commencent à être perçues très négativement, avec justesse.

          Ceci étant dit, nous avons vu que rien n’est impossible à court terme quand on peut imprimer de l’argent impunément – combien de temps impunément ? Le prix à très court terme est la cote de crédit de la France … et les manifestations dans la rue. Vient un temps où le coût à court terme de reporter les véritables solutions (r.éduire le niveau de vie et nettoyer douloureusement le système financier) fait surface. Et c’est fait à toutes fins pratiques.

  2. P.B. dit :

    Bonjour,

    J’ai visionné  »Margin Call » aussi. J’ai bien aimé. Mais ce film, à mon humbre avis, demeure un petit moins bon que  »The Last Days of Lehman Brothers » et  »Too Big to fail » (que j’ai vu hier). Je vous les conseille fortement, bien que ceux-ci nous présentent les mêmes événements.

    Joyeux Noël Paul. Merci pour votre excellent travail depuis toutes ces années.

  3. marcel dupont dit :

    Bonjour Mr Dontigny.
    Je suis porté à penser que les autorités monétaires vont soutenir ce marché maintenu artificiellement car je n’ose pas imaginer une chute de la valeur des actions -obligations et/ou une décote par les maisons ce cotation .Qu’adviendrai-t-il des fonds de retraite,de nos assurances vie, des placements de la caisse de dépôt,etc…?

  4. Poor dit :

    c’est de la pensé magique que de croire que l’interventionnisme peut tout régler, en fait si c’était si facile ils (bernanke ou ecb, imf etc) aurait fait en sorte que ca ne s’étire pas…

    Croire que les marché vont monter toujours et toujours est aussi un doux rêve… il y a quelque temps le dow frisait les 14,000 la il est a peine a 12,000 et vaut probablement la moitié au mieux…

  5. Igloo, je suis bien d’accord EN PRINCIPE que le gouvernement puisse vouloir intervenir pour sauver l’économie ou les marchés financiers d’une implosion extrême. Sauf que ce principe ne peut être envisagé que dans un contexte où les participants au marché et les institutions qui sont structurelles dans ce marché ne puisse agir comme elles l’ont fait depuis 1996 et créer elles-mêmes une bulle qui met l’intégrité du système en danger.

    J’ai un désaccord majeur avec une portion de votre commentaire : Si le marché était véritablement composé « d’action solides à bon dividende », alors il n’y aurait pas lieu d’intervenir. La notion de « solide » sigbifie aussi que le dividende, et le profit sont soutenables à long terme, et surtout, que le prix payé est raisonnable face aux profits et dividendes futurs (10 ans +) estimables (l’estimation peut être très approximative).

    N’oubliez pas que aux USA le déficit est autour de 10% des ventes totales du pays depuis 2 ans et le gouvernement lui-même estime que cela se poursuivra. Enlez 10% des ventes des compagnies du pays et faites un nouvel estimé des profits – ils baisseraient quelque part entre 20% et 100%, comme nous l’avons démontré en 2001 et 2002 puis en 2008-2009, et les ventes n’avaient pas baissé de 10%.

    Si on s’entendais pour forcer un déficit zéro l’an prochain, les ventes du pays tomberaient de 10%. Sans de la nouvelle dette, c’est un scénario instantané de grande dépression. C’est ce que j’entends par non soutenable.

    Paul Dontigny

  6. Martin Lavoie dit :

    ….Je rend compte que tout les blogues ( même celui-ci ) sont du bla-bla de salon et que personne ne connait la direction des marchés puisque les bears et les bulls finirons par avoir raison un moment donné et tout le monde aura sont moment d’ attention…

    Je ne m’ attend pas à ce que tu publies mon commentaire puisque’ il ne
    fait sûrement pas ton affaire par contre tu sait que j’ ai raison.

    Martin

    • Martin Lavoie, les gens voudraient croire que nous pouvons prédire la direction des marchés mais c’est malheureusement impossible. Je fais de l’investissement à long terme basé sur la valeur et je n’ai pas besoin de prédire la direction des marchés. L’investissement est une question de probabilités, d’évaluation et de psychologie. Le long terme est idéalement de 10 ans et plus et au moins de 5 ans.

      En général il est plus facile d’estimer approximativement ce qui se passera sur 5 ans que de prédire exactement ce qui se passera dans un an. Mais la plupart voudraient tellement croire l’illusion que notre job est de prédire sur un an, que lorsque nous démontrons années après années que nous en sommes incapables, ils sont outrés comme vous l’êtes apparemment en ce moment.

      Ce sont vos attentes qui sont irréalistes si vous avez cru que quelqu’un puisse prédire la direction des marchés. Ce genre d’attentes est probablement la plus grande cause de mauvais rendements et de lourdes pertes à long terme. Comme je l’ai souvent dit, je crois que la plupart des gens ne font pas d’argent à long terme dans les marchés financiers.

      • admir dit :

        Intéressant commentaire M. Dontigny, Je croyais que votre stratégie était de miser sur une baisse à court terme des marchés boursier pour racheter pour le long terme après la baisse. Sur 10 ans ne croyez vous pas que les marchés boursier ne feront pas mieux que les autres actifs? Les TI 10 ans sont a moins de 2%. Même John P. Hussman qui est très bearrish à court terme, anticipe un rendement de 5.6% sur le SP500 pour les 10 prochaines années. Pour quelqu’un qui a un horizon long terme, il me semble que le marché boursier devrait mieux performer? C’est à court terme que les risques sont plus grand?

        • Avez-vous lu ses récentes recommendations à Hussman ? Il est extrêmement prudent face aux risques actuels. Payer trop cher n’est pas bon à court terme, ni à long terme. Ma stratégie en ce moment est en effet de miser sur une baisse (petit % du portefeuille) dans le but d’acheter à meilleur prix et à meilleur risque dans les actions. Et c’est vrai aussi pour les obligations malheureusement …

          • admir dit :

            Je viens de relire la dernière chronique De Hussman et le rendement anticipé sur 10 ans est de 4.8%¨:On a valuation front, we estimate that the S&P 500 is likely to achieve an average total return over the coming decade of about 4.8% annually. This is certainly better than the projected returns that we have observed over much of the past decade, but then, the past decade has produced virtually no total return for equity investors at all. An expected total return of 4.8% is also clearly better than is presently available on Treasury bills, which are priced to return a single basis point of interest annually, and is also better than the sub-2% yield available on 10-year Treasury debt. Vous avez cependant raison qu’à court terme il est très inquièt. Mon commentaire était dans le sens que si on a une vision long terme, c’est les marchés boursier qui peuvent donner les meilleurs rendements, mais avec beaucoup de risques à court terme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *