Déflation ou Chine?

(Note : Je suis en vacances alors je ne réponds pas à vos commentaires mais je les affiche sporadiquement et je viens d’en ajouter plusieurs à l’article « ça va mal » et celui du 17nov))

« La Chine va supporter l’économie mondiale »

Vous vous souvenez de ce commentaire absolument ridicule publié dans la majorité des médias et une foule de rapports d’institutions financières et de conseillers ? Ou bien il y avait eu confusion entre « croissance » et « taille » de l’économie … ou bien c’était simplement un des innombrables mensonges que les investisseurs décident de croire lorsqu’ils cherchent une raison pour justifier des prix et des hausses illusoires.

C’était un mensonge de la part des institutions et un désir de croire de la part des investisseurs. La Chine représentait moins de 5% de l’économie mondiale, dont une grande partie provenait des ventes faites aux pays qui ralentissaient. C’est tellement illogique de croire qu’un si petit pays en $$$, malgré sa grosseur en # de personnes, puisse soutenir le reste du monde dans ces conditions. Il faut réaliser que le côté démographique a des effets à très long terme qui se développent lentement – même s’ils se sont développés temporairement plus rapidement qu’on ne l’aurait cru , mais il y a des limites ! Les excès de croissance ont été au moins autant causés par l’ébullition financière et économique mondiale que par le développement de la Chine depuis quelques années.

En parallèle, on nous a aussi fait croire la fameuse histoire de l’inflation. Bien qu’il est moins évident qu’il s’agisse ici d’un mensonge – une chose est certaine et je l’ai répété à maintes et maintes reprises : Les États Unis tentent désespérément de créer de l’inflation depuis 2001 et toutes leurs politiques monétaires, fiscales et militaires ont été dans ce sens. De plus, le support (ou le laisser aller) à l’augmentation de la dette et de la spéculation dans tous les domaines imaginables ont eu pour effet d’augmenter les prix des maisons, des actions et des commodités, incluant de la nourriture. L’effet des spéculateur a causé l’essentiel de la montée de prix de toutes ces commodités (on peut inclure ici les spéculateurs qui faisaient de l’argent en revendant des hypothèques et des produits dérivés complexes : les banques)

On nous dit depuis 1998 que l’inflation s’en vient et que les taux d’intérêts vont remonter à 8%. Ce n’est pas tout à fait impossible … mais depuis 1999 je soutiens la thèse déflationniste à cause de la dette et de la spéculation. La véritable valeur de nos économies n’a pas vraiment augmenté si on calcule la hausse de la dette et le report de dépenses et d’investissement pour maintenir la valeur de notre économie (infrastructures, éducation, santé, sécurité sociale, etc. etc. etc.

Donc en résumé, ou en synthèse … pour le dire d’une manière illustrative, le thème de la Chine (croissance + inflation) a été remplacé par le thème de las déflation (récession et déflation)

Je n’ai toujours pas acheté d’actions et je ne crois pas qu’on puisse identifier quelque valeur que ce soit en ce moment parce que nous ne savons vraiment pas ce qui va se passer. Pour trouver de la valeur, on doit considérer plusieurs scénarios possibles. Et lorsque certains de ces scénarios possibles incluent une crise qui pourrait éliminer la majorité de la capacité de faire des profits des compagnies pendant une période indéterminée, il vaut mieux s’abstenir.

En ce moment, la seule raison d’acheter serait la croyance que « ça remonte toujours ». Cette croyance est erronée et représente encore une fois le profond désir humain de croire en une illusion qui soit bonne pour nous … une fausse promesse.

Plus on attend jusqu’ici, plus le prix des actions baisse. Soyons encore patients.

Je crois que nous nous dirigeons vers une période prolongée de déflation et que, bien que ce sera très dur à court terme, c’est une très bonne chose à très terme – lire « pour nous et surtout pour nos enfants ».

Je vous laisse sur deux idées : Pourquoi pensez-vous que GM en sont rendus où ils sont ? Ils se sont endettés, ont prêté de l’argent à leurs clients pour qu’ils achètent des voitures qu’ils n’avaient pas les moyens de se payer. Ils ont inciter les gens à louer des voitures qu’ils n’avaient pas les moyens d’acheter aussi et se sont fait prendre à leur propre jeux : ils se sont retrouvés avec des voitures pas bonnes qui baissaient de prix de revente à un point tel que GM ne l’avait même pas imaginé … (DÉFLATION) De plus, ils ont acheté et parti une foule de compagnies dans toutes sortes de domaines (hypothèque entre autres) au lieu d’investir pour fabriquer des voitures compétitives et durables. Ils ont appris que si on bâti des voitures peu durables, il serait mieux de les vendre que de les louer … car ils ont annoncé le désir de ne plus louer maintenant.

Deuxième idée : tous nos dirigeant et en fait toute la population, n’a jamais vécu de déflation. Et il semble que tous sont déterminés à croire qu’elle ne se produira pas et à mettre en place des mécanismes pour l’empêcher. On vous dit donc que la solution pour une économie forte est de faire payer à la population des prix plus élevé pour les biens et services, afin de favoriser les compagnies pour qu’elles puissent nous donner des jobs. Et la population décide de croire ce baratin ???

Réalisez que si la seule façon de fonctionner est de hausser les prix pour que les compagnies puissent nous payer, il n’y a aucune création de valeur réelle. Demandez-vous si les ingénieurs Chinois sont sous-payés à 30 000$ ou si ce sont les Américains qui soient surpayés à 100 000$ ! Je crois que c’est un peu des deux. Et je crois que nous amorçons le processus pour faire réduire cette différence. Le point de rencontre sera, à mon avis, entre les deux.

Ce contenu a été publié dans Blogue LesAffaires.com. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.